Le volcan au Guatemala est proche de l’éruption mais il n’y a toujours pas d’évacuation

Paradmin

Le volcan au Guatemala est proche de l’éruption mais il n’y a toujours pas d’évacuation

Le volcan Fuego au Guatemala a montré de forts signes d’éruption, avec une activité dans la région entraînant de petites explosions qui crachent de la lave et des cendres dans les environs de Guatemala City, la capitale du pays d’Amérique centrale. Malgré l’intense activité, le gouvernement local n’a pas encore encouragé l’évacuation des habitants car il comprend que, pour l’instant, il n’y a toujours pas de risque élevé.

Lire également : Une opération du PF enquête sur le détournement de fonds dans la recherche par le CNPq et l'UnB - Législation - info

Les micro-éruptions qui se sont déjà produites ont produit une rivière de lave qui s’est écoulée jusqu’au pied de la montagne, à environ 35 kilomètres (km) de la ville. Selon Emilio Barillas, de l’Institut Insivumeh de Volcanologie, les épisodes « caractérisent l’approche d’une éruption strombolienne ».

Lisez aussi

Lire également : Facebook prend du temps pour supprimer la transmission présumée de bombes

Par définition, une éruption strombolienne consiste en des explosions de petite à moyenne taille avec de larges intervalles. Le danger immédiat est faible, mais cela est compensé par la durée, car de tels épisodes peuvent durer des semaines, voire des mois. La récente éruption de La Palma, dans les îles Canaries, est un type d’explosion strombolienne.

Le

volcan Fuego est l’un des trois volcans actifs du Guatemala. L’activité actuelle est la plus forte jamais enregistrée depuis 2018, lorsque le volcan — situé sur une haute montagne de 3,7 km — lorsqu’une éruption a déversé de la lave, de la boue et des cendres et a balayé le village de San Miguel Los Lotes de la carte, tuant plus de 200 personnes.

Malgré la connaissance de la puissance de ce volcan, les habitants résidant au pied de la montagne ont signalé peu de sérieux : jusqu’à présent, ils n’ont parlé que d’une petite « douche de cendres », selon le Centre national de coordination des catastrophes de Conred.

David de Leon, coordinateur du centre, a déclaré que, pour l’instant, il n’y a pas de disposition pour l’action, mais a assuré que le volcan était « surveillé attentivement ».

L’Espagne signale de graves dégâts

En Europe, l’éruption du volcan Cumbre Vieja aux Canaries a provoqué l’appréhension dans plusieurs pays du monde. Débuté le 19, l’explosion strombolienne espagnole a déjà couvert plus de 100 hectares de l’île de La Palma, détruisant environ 200 bâtiments. Heureusement, aucun décès n’a été signalé.

Sur

les réseaux sociaux au Brésil, on craignait que si l’éruption de Cumbre Vieja provoquait un glissement de terrain vers la mer, elle pourrait provoquer un tsunami qui frapperait principalement la région du Nord-Est. Les experts du pays ont toutefois assuré que les chances que cela se produise sont minimes, voire aucune.

Dans le cas de Cumbre Vieja, les premières estimations indiquent que l’éruption pourrait durer environ 80 jours.

À propos de l’auteur

admin administrator